Carmel de la Trinité
Metz-
Plappeville
Bienvenue
La contemplation peut nous faire connaître un peu Celui qui est notre Seigneur et notre Dieu.(Ste Th.d'Avila-Chemin 22,6)

pti.logo.stj.jpg
therese_d_avila_plume.jpg



En ce mois de Novembre nous vous proposons de découvrir
et goûter la 13ème Exclamation de Sainte Thérèse de Jésus


Les « Exclamations sont des écrits que Ste Thérèse a réalisé pour elle-même. Ils traduisent un cri du cœur qui allie contemplation et prière, cri si puissant d’amour et de désir, qu’elle a eu besoin de le rédiger. Ces textes très ardents, découverts après sa mort, nous permettent de surprendre Ste Thérèse dans sa relation profonde avec son Seigneur et son Dieu.

Dans les extraits choisis de cette 13ème exclamation,
la contemplation de l’Eglise du Ciel se mue en prière.
A travers Thérèse, c’est nous, l’Eglise de la terre, qui appelons au secours les Bienheureux. Puisque, par le Christ, ils sont installés dans l’éternité, qu’ils peuvent jouir de Dieu sans crainte, qu’ils sont ancrés dans la connaissance de la Vérité, abreuvés sans cesse par la Source de toute Sagesse, Thérèse les invite à aller puiser aux eaux de cette Source divine pour nous qui « mourrons de soif » de Dieu.

 

"O âmes qui jouissez sans crainte de votre félicité et célébrez dans un continuel transport les louanges de mon Dieu, que votre sort est heureux ! Oh ! Que vous avez raison de ne jamais interrompre vos louanges et que mon âme vous envie…
Heureuses êtes-vous âmes célestes ! Secourez notre misère, intercédez pour nous auprès de la divine Miséricorde, afin qu’Elle nous donne quelque part à votre bonheur et à cette claire connaissance dont vous jouissez.
Et Vous, mon Dieu, fais-nous comprendre qu’elle est la récompense de ceux qui combattent virilement durant le rêve de cette misérable vie.
O âmes embrasées d’amour ! Obtenez-nous de comprendre le bonheur que vous avez à voir que vos joies sont éternelles, et combien est délicieuse la certitude qu’elles ne finiront jamais.
Infortunés que nous sommes, nous Seigneur ! Nous savons et croyons bien toutes ces vérités, mais nous avons tellement l’habitude de ne pas y réfléchir. Les vérités du ciel sont devenues si étrangères à nos âmes, que nous ne les connaissons pas et ne désirons même pas les connaître.La_ronde_des_elus_300x210.jpg
Oh ! Oh ! Oh ! que nous avons peu de confiance en Vous, Seigneur ! Vous nous avez donné le trésor inestimable de Votre Fils en personne, et ce don, Vous nous l’avez fait tant d’années avant notre propre naissance. Bien que sachant que nous ne Vous paierions pas de retour, Vous n’avez pas voulu renoncer à nous confier ce trésor inestimable qu’est le Christ, afin que nous puissions en profiter, Ô père très bon !
Ô âmes bienheureuses, qui avez su si bien faire valoir ce trésor précieux, et qui en avez acheté un délicieux et permanent héritage, dites-nous comment vous vous y êtes prises pour acquérir par lui, le Christ, le bien qui ne finira jamais ! Secourez-nous, et puisque vous êtes si près de la Source, puisez de l’eau pour nous qui mourrons de soif ici-bas."

Traduction de l’espagnol :
par Hogon de Scoeux dans « Thérèse d’Avila – Prières » Ed.Médiaspaul 1993
et par Mère Marie du Saint Sacrement (carmélite déchaussé) dans
« Œuvres complère – Thérèse d’Avila » Ed. Cerf 2010