Carmel de la Trinité
Metz-
Plappeville
Bienvenue
Qui est abîmé dans cette merveille infinie de la suprême Vérité, est à l’abri de toute misère.(Ste Thérèse-Avila-Excl.144)

Des grâces mystiques  - illustré par des extraits de ses Relations sur la Sainte Trinité

La vie de Ste Thérèse d'Avila est truffée de récit de grâces mystiques très exeptionnelles.
Ce fait peut faire peur. Faut-il vivre des expériences si mystérieuses pour aller au Ciel ?
Non, cela n'est pas indispensable pour être Saint.
Si nous ne faisons aucune expérience semblable, serait-ce que nous n'aimons pas le Seigneur comme il convient ?
Non, Il ne demande pas la même chose à tous !
Cette lecture peut provoquer en nous le désir de ces révélations extra ordinaires.
Cela est également une impasse car seule l'humilité attire la grâce.
Alors, comment profiter de ces écrits ?

Le Seigneur a vraiment voulu Se faire connaître à Thérèse de cette façon
et Il lui a expréssément demandé d'en témoigner par écrit.
N'oublions pas cela car, le Seigneur l'a voulu ainsi  pour nous.
Il a profité de la sensibilité, de l'obéissance, du don d'écriture de Thérèse pour nous parler de LUI aujourd'hui.
Quand nous lirons ces récits, il est bon de se poser cette question :
Qu'est-ce que cela m'apprend sur le Seigneur ? sur ce qu'Il est, sur la façon dont Il apprécie d'être aimé, prié, servi.
Rendons grâce pour le t"émoignage de Thérèse qui fortifie et éclaire notre Foi en l'Ecriture.

Mon âme entra dans l’oraison Trinit__.jpg
où elle se trouve
en compagnie
de la Sainte Trinité.
Il me sembla que le Père
m’approchait de Lui
et me dit en me montrant beaucoup d’amour : "Je t’ai donné mon Fils,
le Saint-Esprit et la Vierge, que peux-tu Me donner en retour ? "
Relation du 19 janvier 1572

Ce qui me fut représenté, ce sont
trois Personnes distinctes, que l’on peut
considérer et entretenir séparément.
Je me suis dit ensuite que le Fils seul est incarné,
ce qui montre clairement la réalité de cette distinction.
Ces Personnes se connaissent, s’aiment
et communiquent entre Elles.
Mais, si chaque Personne est distincte, comment
disons-nous qu’Elles n’ont toutes trois
qu’une seule essence ?
De fait, c’est là ce que nous croyons ;
c’est une vérité absolue,
pour laquelle je souffrirais mille fois la mort.
Ces trois Personnes n’ont qu’un seul vouloir,
un seul pouvoir, une seule souveraineté,
de sorte qu’aucune d’Elles ne peut rien sans les autres
et qu’Il n’y a qu’un seul Créateur de tout
ce qui est créé.
Le Fils pourrait-Il créer une fourmi sans le Père ?
Non, parce qu’Ils n’ont qu’un même pouvoir.
Il en est de même du Saint-Esprit.
Ainsi, il n’y a qu’un seul Dieu tout puissant,
et les trois Personnes ne forment qu’une seule Majesté.
Quelqu’un pourrait-il aimer le Père, sans aimer le Fils et l’Esprit-Saint ?
Non, mais celui qui se rend agréable
à l’une de ces trois Personnes, se rend agréable
à toutes les trois,
et celui qui offense l’une d’Elles, offense les
deux autres.
Le Père peut-Il exister sans le Fils et sans
l’Esprit- Saint ?
Non, parce qu’Ils n’ont qu’une même essence,
et là où se trouve
une de ces Personnes se trouvent les deux autres.
Relation du 22 septembre 1572

 

 

Th.Av.visage.JPG

 


Profondément recueillie dans la compagnie
de la Trinité que j’ai toujours en mon âme,
je songeais à cette parole de St. Pierre :
" Vous êtes le Christ, Fils du Dieu vivant",
car je ressentais Dieu vraiment vivant en moi.
Cette grâce élève la puissance de la Foi.
On ne saurait douter que la Trinité soit
en notre âme par présence, par puissance
et par essence. Comme j’étais tout étonnée
de voir une si haute Majesté dans une créature
aussi misérable que moi, j’entendis cette parole :
"Ton âme n’est pas misérable, ma fille,
car elle est faite à Mon image. "
Relations – Séville 1575

Un jour, après la communion, il me fut donné à entendre
comment le Corps sacré de Jésus-Christ
est reçu par son Père au-dedans de notre âme.
J’avais déjà vu et compris de quelle manière
ces trois divines Personnes se trouvent en nous,
et combien est agréable au Père cette offrande
eucharistique de son Fils, parce qu’elle Lui donne
lieu de prendre ici-bas sur la terre, ses délices
et ses complaisances en Lui.
L’humanité du Fils n’est pas en nos âmes ;
seule, sa divinité s’y trouve : c’est pour cela
que cette offrande est si précieuse,
si agréable au Père et qu’elle nous obtient
de si grandes faveurs.

Relations  – Séville 1575

petit_livre.JPG

"Si quelqu’un M’aime,
dit Jésus,
il gardera ma Parole,
mon Père l’aimera ;
Nous viendrons à lui,
Nous ferons
notre demeure
en lui. "
Jean 14,23

 


" Demeurez en Moi, et
Je demeurerai en vous. "
Jean 15,4

 

 


"Qu’ils soient un
comme Nous sommes un
–Moi en eux,
et Toi en Moi-
afin qu’ils soient
parfaitement un,
et que le monde connaisse
que Tu M’as envoyé
et que Tu les as Aimés
comme Tu M’as Aimé. "
Jean 17,22-23

 


"Père, que l’Amour
dont Tu M’as aimé
soit en eux, et
que Je sois en eux. "
Jean 17,26