Carmel de la Trinité
Metz-
Plappeville
Bienvenue
Vous verrez comme il est bon de se donner à Celui qui se donne à vous sans mesure !(Ste Thérèse d'Avila-Let.Gracien 6/1562)

                                                                     elisabeth de la trinit manteau blc.jpgLettre 131 de Sainte Elisabeth de la Trinité                     
                                                                     à l’abbé Chevignard pour son Ordination sacerdotale

 

« Si tu savais le don de Dieu »

Monsieur l'Abbé,
 

    Le bon Dieu, qui «opère toutes choses selon le conseil de sa volonté», a voulu la rencontre de nos âmes, comme vous me le dites, pour en recevoir plus d'amour, d'adoration et de louanges. Nous devons donc nous aider par la prière, et je ne puis vous dire quel fort mouvement m'emporte vers vous tandis que vous vous préparez à votre première Messe. En effet, je suis en retraite, «cachée en Dieu avec le Christ», et je demande à Celui que sainte Catherine de Sienne appelait sa «douce Vérité» de réaliser en votre âme ce désir qu'Il exprimait à son Père en sa suprême prière: «Sanctifiez-les dans la vérité... Votre parole est vérité...»

    Saint Paul, dans son épître aux Romains, dit que «ceux qu'Il a connus en sa prescience, Dieu les a aussi prédestinés pour être conformes à l'image de son Fils». Il me semble que c'est bien de vous qu'il est question ici: n'êtes-vous pas ce prédestiné que l'Éternel a élu pour être son prêtre; et je crois qu'en son activité d'amour le Père se penche sur votre âme, qu'Il la travaille de sa main divine avec sa touche délicate, afin que la ressemblance avec l'Idéal divin aille toujours croissant jusqu'au grand jour où l'Église vous dira: «Tu es sacerdos in aeternum.» Alors tout en vous sera pour ainsi dire une copie de Jésus Christ le Pontife suprême et vous pourrez le reproduire sans cesse en face de son Père et devant les âmes. Quelle grandeur! C'est la «vertu suréminente de Dieu» qui s'écoule en votre être pour le transformer et le diviniser. Quel recueillement, quelle attention amoureuse à Dieu réclame cette œuvre sublime! Saint Jean de la Croix dit «que l'âme doit se tenir dans le silence et la solitude absolue pour que le Très-Haut puisse réaliser ses désirs en elle; alors Il la porte pour ainsi dire comme une mère qui prend son enfant dans ses bras et, se chargeant Lui-même de sa direction intime, Il règne en elle par l'abondance de la tranquillité et de la paix qu'il y répand ».

    Je vous félicite d'avoir Notre-Dame du Bon-Conseil à votre ornement; il me semble que c'est bien la Vierge sacerdotale que le prêtre doit invoquer et regarder toujours. Qu'elle vous obtienne cette «science de la clarté de Dieu répandue sur la face du Christ» dont parle l'Apôtre. Allons la mendier près d'elle dans le silence de l'oraison.

    A Dieu, monsieur l'Abbé, qu'Il nous rende vrais de sa vérité, afin que dès ici-bas nous soyons la «louange de sa gloire».

                                                                                                              Sr M. Elisabeth. de la Trinité