Carmel de la Trinité
Metz-
Plappeville
Bienvenue
Dieu semble n’attendre que d’être aimé pour AIMER.(Ste Thérèse d'Avila-Fondations 3,18)

arc_en_ciel.JPGPaix et tradition du Carmel - en complément d'une Vidéo

Petits conflits quotidiens et paix intérieure
Il peut sembler paradoxal de parler de conflits dans la vie monastique puisqu’elle veut tendre vers la perfection de la charité. Pourtant, le Seigneur s’est plu à rassembler en communauté des personnes si différentes par leur tempérament naturel, leurs goûts, leur façon de penser, leur sensibilité, leur culture …Il est naturel que ce fait produise des oppositions, des résistances, des agacements et cela oblige à travailler pour s’harmoniser.
Puisqu’il plaît à Dieu d’avoir ainsi créer ses enfants, il faut croire que ces diversités sont un bien pour nous
Cela participe de la pédagogie de Dieu.Nous pensons que les « conflits » qui surgissent sont des occasions favorables pour faire face à nos comportements et en découvrir l’ambiguïté. S’il n’y avait pas de vis-à-vis qui nous interroge, ferions-nous ce travail d’écoute et de réflexion indispensable pour avancer dans la vie ensemble ?

Quels moyens carmélitains pour chercher la paix intérieure ?
Ecoutons Ste Thérèse d’Avila : le_cygne.jpeg
« …expliquer trois points de la Constitution, car il importe beaucoup que nous comprenions combien il est indispensable que nous les gardions, si nous voulons posséder la paix intérieure et extérieure que le Seigneur nous a tant recommandée. Le premier est l'amour que nous devons avoir les unes pour les autres; le second, le détachement de tout ce qui est créé; le troisième, l'humilité véritable qui bien que je le cite en dernier, est le principal et embrasse toutes les vertus ».         Chemin de perfection : 6,1
Ste Elisabeth de la Trinité de préciser :
« nul ne peut "troubler" l'humble, qu'il possède "la paix invincible, car il s'est précipité dans un tel abîme que nul n'ira le chercher jusque-là ". Il dit aussi que l'humble trouve la plus grande saveur de sa vie dans le sentiment de son "impuissance" "en face de Dieu" »             
Grandeur de notre vocation 2 
C’est son expérience qui vérifie ce qu’elle a lu dans les écrits de Ste Thérèse d’Avila :
« l’humilité vraie, (même quand l'âme reconnaît sa misère et que nous nous affligeons de nous voir tels que nous sommes, nous exagérant notre malignité autant que peut le faire le démon, mais avec un regret sincère), ne s'accompagne pas de tumulte, elle n'agite pas l'âme, elle ne l'assombrit point, elle ne cause aucune sécheresse; elle régale plutôt l'âme, et tout se passe à l'opposé: dans la paix, dans la douceur, dans la lumière. L’humilité est une peine qui réconforte quand on voit qu'elle nous fut donnée par la grâce de Dieu, et combien elle nous est utile. L'âme se repent alors d'avoir offensé Dieu, et, d'autre part, sa miséricorde la dilate. Elle a assez de lumières pour se confondre elle-même, et loue Sa Majesté de l'avoir supportée. »        
Vie 30,9
Pourquoi le détachement du créer est-il indispensable à la paix ?
Les acquis, qu’ils soient matériels ou intellectuels, ou spirituels, peuvent être cause d’envies.
Un détachement intérieur ouvre à une liberté qui produit la paix dans les relations.

parole_avent.JPGLa Paix intérieure ou de l’âme s’acquiert-elle par la méditation ?
Dans les écrits de Ste Thérèse d’Avila le mot paix reviens surtout lorsqu’elle parle de l’oraison de quiétude.
L’âme cherche son Dieu par ses efforts lorsqu’elle se met en prière, pour être présente à Lui et parfois le Seigneur suspend ses capacités à méditer et la place en un « grand silence du dedans », selon la belle expression d’Elisabeth de la Trinité. Il nous semble que la Paix intérieur vient alors comme un fruit de grâce.
Ste Thérèse d’Avila explique cela dans les chapitres 30 et 31 du Chemin de Perfection dont voici un extrait sur l’oraison de quiétude : « C'est déjà surnaturel, et nous ne pouvons y atteindre par nos propres moyens, malgré tous nos efforts; car c'est mettre notre âme en paix; ou, pour mieux dire, le Seigneur y établit la paix par sa présence, (…) du fait que toutes les puissances s'apaisent. L'âme comprend, mais bien autrement qu'elle ne le pourrait à l'aide des sens extérieurs, qu'elle est déjà auprès de son Dieu, qu'il s'en faut de peu qu'elle ne fasse qu'une avec Lui, et soit élevée à l'union. »
Ici le mot présence du Seigneur révèle un facteur de paix.
Y a-t-il d’autres mots porteurs de paix selon la tradition du Carmel ?
Ste Thérèse d’Avila partage souvent combien la Parole du Seigneur a été efficace dans des moments de trouble : « les paroles du Seigneur sont paroles et actes; et même si ses paroles ne sont pas de dévotion, mais de reproche, dès le premier mot elles disposent une âme, elles lui donnent les aptitudes nécessaires, elles l'attendrissent et l'éclairent, elles lui sont régal et paix; si l'âme est dans la sécheresse, l'agitation ou l'inquiétude, elle se dissipe comme si on l'ôtait avec la main, et mieux encore, car le Seigneur semble vouloir faire comprendre qu'il est puissant et que ses paroles sont des actes. »  
Vie 25,3

Dans les écrits de Ste Elisabeth de la Trinité, nous trouverons aussi le mot FOI comme étant porteur de paix.colombe.JPG
 " « Nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru. » C'est là le grand acte de notre foi; c'est le moyen de rendre à notre Dieu amour pour amour; c'est « le secret caché » au cœur du Père, dont parle saint Paul, que nous pénétrons enfin, et toute notre âme tressaille! " Lorsqu'elle sait croire à ce
« trop grand amour
» qui est sur elle, on peut dire comme il est dit de Moïse: « Il était inébranlable dans sa foi comme s'il avait vu l'Invisible. » Elle ne s'arrête plus aux goûts, aux sentiments; peu lui importe de sentir Dieu ou de ne pas le sentir; peu lui importe s'Il lui donne la joie ou la souffrance: elle croit à son amour. Plus elle  éprouvée, plus sa foi grandit, parce qu'elle traverse pour ainsi dire tous les obstacles pour aller se reposer au sein de l'Amour infini, qui ne peut faire qu'œuvres d'amour. Aussi à cette âme tout éveillée en sa foi la voix du Maître peut dire dans le secret intime cette parole qu'Il adressait un jour à Marie-Madeleine: « Va dans la paix, ta foi t'a sauvée.
» Ciel dans la Foi 20

Et dans sa dernière retraite, peu avant sa mort Elisabeth de la Trinité utilisera l’expression : être ma paix.
« voilà ce qu'Il veut faire en moi, être ma paix pour que rien ne me sorte du sein du Père, pour que j'y demeure immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité.»
 Dernière retraite, jour 12 n.14

Où donc se trouve la Paix ?
Si nous reprenons le début de la célèbre prière d’Elisabeth à la Trinité, nous verrons que la Paix se trouve en Dieu mais aussi que notre âme pacifiée est un lieu de paix pour Dieu !
« O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en Vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère. Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel, votre demeure aimée et le lieu de votre repos. Que je ne vous y laisse jamais seul, mais que je sois là tout entière, tout éveillée en ma foi, tout adorante, toute livrée à votre Action créatrice… » Note Intime 15